L'origine du Séga, son histoire

 

Pendant cette longue période d'obscurité, les esclaves profitaient de leurs rares moments de loisirs pour danser le séga sur les plages. Sur des rythmes d'inspiration africaine, se mêlent sensualité langoureuse et frénésie, cette danse racontant les douleurs de l'exil. Les dames, portant des jupes à larges volants regardent les hommes, en pantalons moulants. Les partenaires ne se touchent pas mais se frôlent en divers mouvements suggestifs des hanches et des épaules. Les groupes traditionnels utilisent les trois instruments d'origine:

 

 

ravanne-1.gif-le plus indispensable, celui qui donne au séga son rythme venu du fond des âges, cette cadence sourde et profonde, c'est la ravane, peau de chèvre que les musiciens réchauffent près des flammes. Un grand tambourin flanqué de trois petites cymbales fixées sur un cercle de bois, que les hommes à genoux appuient contre leurs cuisses, tout en frappant la peau de chèvre tendue de leur paume ou du bout des doigts.

 

 

 

maravane-3.jpg

 

 

 

- La Maravane, une boîte rectangulaire et plate, renferme tout un monde magique de petits graviers.

C'est grâce à eux que le corps des danseurs chaloupe et ondule, au gré d'une cadence aérienne et sablonneuse, imprimée par le mouvement souple de la maravane.

 

 

le-triangle.jpg

 

- Le Triangle vient ordonner ce déluge de langueur de son petit son aigu et acidulé. Si les hanches et les épaules suivent la ravane et la maravane, les pieds, eux, s'adaptent aux tintements du triangle.

 

 

 

 

 

 

De nos jours, le séga a incorporé guitare et autres instruments modernes.

 


 


 

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×